La ville de Bartlesville fournit de l’eau non seulement aux habitants de Bartlesville, mais à toute la région, y compris les villes de Dewey, Ramona et Ochelata, ainsi que la Bardew Water Association et sept districts d’eau ruraux des comtés de Washington, Nowata et Osage.

Il s’agit d’une entreprise énorme que la Ville de Bartlesville prend très au sérieux — du Conseil municipal, qui doit superviser des éléments de routine tels que les accords et les contrats liés à l’eau aux tâches plus désagréables telles que la mise en œuvre d’augmentations de tarifs en cas de besoin – aux techniciens du Service de l’eau qui traitent l’eau potable de la Ville et la surveillent à chaque point, de la prise à la livraison.

Les systèmes d’aqueduc de Bartlesville ont beaucoup changé au fil des ans, commençant peu de temps après la fondation de la ville en 1897, lorsque l’eau a été utilisée de la rivière Caney, qui était à l’époque le seul approvisionnement en eau de la ville. La Bartlesville Water Company a construit un barrage sur la rivière Caney — là où l’actuelle route nationale 123 traverse la rivière — pour prélever de l’eau et répondre aux besoins en eau de la communauté grandissante. En 1914, le barrage a été surélevé de deux pieds et, finalement, en 1937, trois pieds supplémentaires l’ont porté à sa hauteur actuelle.

Les besoins en eau au cours de ces premières années variaient autour de 1,2 million de gallons d’eau par jour (mgd) pompés vers les clients de l’eau, selon les archives du Musée d’histoire de la région de Bartlesville — un volume bien inférieur à la moyenne annuelle actuelle de 6 mgd. (Cette moyenne est d’environ 2 mgd de moins que les années précédentes, car l’utilisation a diminué régulièrement depuis son sommet en 2006-2007.) Pendant les pics d’utilisation, ou les mois d’été plus chauds et plus secs, cette moyenne fait plus que doubler, avec environ 12 à 13 millions de gallons d’eau utilisés par jour.

Les documents indiquent que la ville de Bartlesville a pris en charge la distribution de l’eau pour la communauté vers 1940, et que c’est à cette époque que les responsables locaux et de l’État ont commencé à travailler avec le Corps des ingénieurs de l’armée américaine pour construire le lac Hulah en tant que projet fédéral de ressources en eau. En plus du lac Hulah, la ville de Bartlesville a commandé et construit le lac Hudson, situé au nord-ouest de Bartlesville, dans le comté d’Osage. Le lac Hudson a été achevé en 1949. En 1953, la Ville a obtenu des droits d’eau supplémentaires pour le lac Hulah, et les droits restants ont été obtenus en 2010.

La construction du lac Hulah a fourni une nouvelle source d’eau, mais elle a accompli beaucoup plus que cela. Le lac a également permis de réduire les inondations à la communauté de Bartlesville, ce qui était grandement nécessaire à l’époque. Les multiples inondations survenues à la fin des années 1930 et 1940 se sont révélées un besoin urgent de contrôler les inondations — un besoin qui a été atténué avec la construction du nouveau lac, car la réduction des inondations grâce au lac a considérablement réduit les inondations en aval dans la communauté de Bartlesville.

Peu de temps après l’achèvement du lac Hulah, en 1957, Bartlesville a signé un contrat de stockage d’eau pour 15 400 acres-pieds, ou 9,6 mgd. De plus petits accords de stockage d’eau ont également été signés en 1970, pour 2 200 acres-pieds, ou 1,4 mgd, et en 1980 pour 2 100 acres-pieds, ou 1,3 mgd.

Avec le lac Hulah comme principale source d’eau et de contrôle des inondations pour les communautés en aval, les besoins en eau de la région ont été largement satisfaits pendant plusieurs années — jusqu’à ce que des conditions de sécheresse sévères en 2001-02 incitent la ville de Bartlesville à commencer à chercher des sources d’eau alternatives / supplémentaires. Plusieurs études, y compris l’étude approfondie du Corps of Engineers Planning Assistance to States (PAS), ont été menées pour identifier les options les plus réalisables, et les dirigeants de la ville ont demandé une assistance législative pour obtenir des droits d’eau abordables sur le lac Copan, situé au nord de Bartlesville.

En fin de compte, les sources d’eau existantes de la Ville, les lacs Hulah et Hudson et la rivière Caney — en plus des droits d’eau (à acquérir) au lac Copan — ont été identifiés comme les options les plus viables pour subvenir aux besoins en eau de la région pour les 50 prochaines années. Mais alors que certains droits d’eau temporaires ont été accordés à la suite de la sécheresse pour répondre aux besoins immédiats, le gouvernement fédéral n’avait pas encore intervenu au nom de la Ville pour fournir de l’eau supplémentaire du lac Copan à un taux abordable pour les contribuables.

Parce que le coût d’acquisition des droits d’eau pour le lac Copan au taux précédent, en plus de la construction de conduites d’eau et de stations de pompage nécessaires pour pomper l’eau à l’usine de traitement des eaux de la Ville, située au nord-ouest de Bartlesville, imposerait un fardeau déraisonnable aux citoyens de Bartlesville et aux plus grands clients de la Ville, la Ville de Bartlesville a continué d’explorer d’autres options plus viables pour répondre aux besoins en eau de la communauté au cours des 50 prochaines années et au-delà. Plus tôt cette année, le Conseil municipal a approuvé des mesures visant à faciliter la capacité de la Ville à utiliser la « Loi sur l’eau pour 2060 », qui permettra à la Ville de Bartlesville de récupérer l’eau traitée après son rejet en amont dans la rivière Caney. Le coût de mise en œuvre de ce programme est estimé à environ 8,2 millions de dollars. Une partie de ce coût sera couverte par une subvention de 750 000 from du Programme de réponse à la sécheresse WaterSMART du Bureau of Reclamation: Projets de résilience à la sécheresse.

Aujourd’hui, Bartlesville et ses clients de l’eau consomment en moyenne environ 6 à 7 mgd, dont environ 4 mgd proviennent de la rivière Caney et environ 2 mgd du lac Hudson appartenant à la Ville. La capacité nouvellement acquise d’utiliser l’eau du lac Copan permettra à la ville d’accéder à environ 1 mgd via la rivière Caney. La faisabilité de la construction d’infrastructures pipelinières entre Bartlesville et le lac pour répondre aux besoins futurs en eau sera également étudiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.