Une Brève Histoire de la Baguette Française

RÉVOLUTION, NAPOLÉON ET LE PAIN FRANÇAIS

L’Évolution et l’Histoire du Pain français

 L'Évolution et l'Histoire du Pain français En 1788 et 1789, la spéculation sur le mouvement, le stockage et la vente des céréales combinées à des conditions météorologiques défavorables ont conduit à une grave pénurie de pain dans toute la France. Les prix de cet aliment de base ont augmenté au-delà de l’abordabilité, en particulier pour les classes pauvres et paysannes. Alors que les riches avaient beaucoup de pain fin fabriqué à partir de farine blanche pure, les pauvres mouraient de faim ou subsistaient d’un produit de qualité inférieure fabriqué à partir de grains de son mal broyés.

La famine de masse finit par provoquer la révolution. La prise de la Bastille était plus un appel au pain qu’un soulèvement pour libérer les ennemis de la couronne. Les gens criaient pour du pain et fouillaient les boulangeries en vain. Il n’y avait pas de pain.

Une fois le calme rétabli, l’assemblée constituante autorisa les boulangers à ne fabriquer qu’un seul type de pain – le  » pain d’égalité  » – à base de farine composée de ¾ de blé et ¼ de seigle avec le son inclus. Les farines blanches ont été interdites et le rationnement a été introduit. La victoire de la république et l’abolition des privilèges féodaux ont permis le retour des pains blancs à la table. C’est finalement devenu le pain de tous les jours.

 Contrôle de la qualité du pain français pour la minoterie

Après la prise du pouvoir par Napoléon, il était déterminé à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs. Son gouvernement a publié des décrets établissant des normes pour le pain français, précisant les ingrédients et les méthodes de cuisson. Ces décrets napoléoniens ont également élevé le statut de boulangers professionnels; établissant un contrôle de la qualité pour la minoterie, le mélange et le pétrissage de la pâte; et mis fin à la spéculation sur les céréales par les agriculteurs et les courtiers en matières premières.

Plus tard, les gouvernements ont ajouté aux décrets napoléoniens, précisant les moyens de pétrir et d’aérer la pâte et établissant des critères de forme et de taille pour tout pain désigné comme une authentique baguette française.

Les Temps modernes
La Victoire du blé

 Les Temps modernes pour le Pain français

À partir du 19ème siècle avec tous les progrès qui l’ont accompagné, l’avancement de la technologie a aidé la récolte. Le pain est devenu plus accessible, en particulier pour les agriculteurs qui ont augmenté leur consommation. La cuisson dans les fours communaux a diminué, pour le plus grand plaisir des boulangers qui sont maintenant reconnus comme une entité distincte.

Au début du 20ème siècle, des techniques sont développées où la fermentation lente est garantie à 100% par la levure. Le pétrissage est court, la forme est longue et la pâte aérée irrégulièrement. Nous sommes en 1920, et la baguette est née. Sa réputation le précédera dans le monde entier.

Si les Français progressent dans la qualité de leurs pains, ils en consomment moins au profit de la viande. Le pain, jusque-là l’aliment de base, a perdu un peu de son prestige. L’après-guerre a donné de l’énergie à l’imagination des gens. Les techniques se sont à nouveau améliorées, l’efficacité et la rentabilité sont devenues importantes, et le pain est devenu moins authentique et « maison ». » Cependant, depuis les années 80, les Français ont de nouveau le goût des produits naturels. Les pains maison sont revenus à la place qui leur revient. La recherche de variété dans l’alimentation et la volonté des boulangers de créer des produits originaux ont aidé les ventes de pains de spécialité. Après toute l’histoire, c’est finalement le blé qui a gagné. Aujourd’hui, c’est le grain le plus cultivé au monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.