Dans « Holding My Knowledge », Khan se révèle au spectateur et fait la paix avec ses actions. Le photocollage représente les propres mains de l’artiste — serties d’anneaux et de clous noirs parfaitement entretenus — tenant les fragments de ses colonnes. Le reste du cadre est noir pitch, séparé par une bordure rouge sang. Son essence reste intacte alors que les ombres se cachent au-dessus. Ce processus solennel peut parfois envelopper tout l’être de Khan, mais elle a appris à naviguer dans les ténèbres.

Baseera Khan, « Holding My Knowledge » (2019), acrylique, impressions chromatiques, tapis en soie faits à la main fabriqués sur mesure au Cachemire, en Inde. 31 x 25 1/4 pouces (image reproduite avec l’aimable autorisation de l’artiste et de la galerie Simone Subal, New York, photo de Dario Lasagni)

Baseera Khan: snake skin se poursuit à la Simone Subal Gallery (131 Bowery, Lower East Side, Manhattan) jusqu’au 22 décembre 2019.

Soutenir les hyperallergiques

Alors que les communautés artistiques du monde entier vivent une période de défis et de changements, il est plus important que jamais de rendre compte de ces développements de manière accessible et indépendante.

Veuillez envisager de soutenir notre journalisme et d’aider à garder nos reportages indépendants gratuits et accessibles à tous.

Devenir membre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.