Résumé

Clostridioides difficile (anciennement Clostridium) est une cause majeure de diarrhée associée aux soins de santé et est de plus en plus présente dans la communauté. Historiquement, l’infection à C difficile était considérée comme facile à diagnostiquer et à traiter. Au cours des deux dernières décennies, cependant, les techniques de diagnostic ont évolué en fonction d’une meilleure compréhension de la physiopathologie de l’infection à C difficile et de l’utilisation de nouvelles molécules thérapeutiques. L’évolution du diagnostic a montré qu’il y avait un sous-diagnostic important et un diagnostic erroné de l’infection à C difficile, soulignant l’importance des algorithmes recommandés par les sociétés de maladies infectieuses européennes et nord-américaines pour obtenir un diagnostic fiable. Auparavant, le métronidazole était considéré comme le médicament de référence pour traiter l’infection à C difficile, mais plus récemment, la vancomycine et d’autres médicaments plus récents ont montré des taux de guérison plus élevés. La récurrence de l’infection représente un paramètre clé dans l’évaluation de nouveaux médicaments, et le défi est de cibler la bonne population avec la molécule thérapeutique adaptée. Dans les récidives multiples, une transplantation de microbiote fécal est recommandée. De nouvelles approches, y compris des anticorps, des vaccins et de nouvelles molécules, sont déjà disponibles ou en préparation, mais davantage de données sont nécessaires pour appuyer leur inclusion dans les lignes directrices pratiques. Cette revue vise à fournir aux cliniciens une base de référence pour comprendre et stratifier leur choix dans le diagnostic et le traitement de l’infection à C difficile en fonction des données les plus récentes disponibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.