Une impressionnante ville gréco-romaine située près d’une source qui coule – l’une des sources du Jourdain sur les contreforts de la montagne Hermon. Un sanctuaire romain, qui comprenait des temples et des cours rituelles, a été construit près de la grotte sacrée de Pan.

Accueil > Sites > Golan > Banias (Césarée de Philippe) – Aperçu

Table des matières:

Contexte

Localisation

Carte biblique

Histoire

Photos

Étymologie

Liens

Contexte:

Banias (Paneas), ou Césarée-Philippes, était une impressionnante ville gréco-romaine située près d’une source qui coule – l’une des sources du Jourdain, sur les contreforts de la montagne de l’Hermon. Un sanctuaire romain, qui comprenait des temples et des cours rituelles, a été construit près de la grotte sacrée du dieu gréco-romain Pan. L’ancienne ville, nommée d’après Pan, était située au sud des sources.

Josèphe (Guerres 1 21 3):  » Pan l’endroit s’appelle Panium, où se trouve un sommet d’une montagne qui s’élève à une hauteur immense, et à ses côtés, en dessous, ou en bas, une grotte sombre s’ouvre « .

Ceci est une page d’aperçu sur Banias. D’autres pages fournissent plus de détails:

  • Le Sanctuaire de Pan – les temples près de la Grotte

  • Partie supérieure du ruisseau de Banias

  • La ville romaine – le palais d’Agrippa et d’autres vestiges antiques

  • La ville des Croisés de Banias

  • Forteresse de Nimrod – Forteresse des Croisés / Arabes / Mamelouks au-dessus de la ville

  • Omrit – Un complexe de temples impériaux romains récemment découvert, au sud-ouest de Banias

Emplacement:

Banias est situé sur la route (#99) qui monte sur le plateau du Golan. Les sources sont situées au nord du parking principal.

Carte biblique:

Banias (Césarée-Philippes) est située à un carrefour des principales voies antiques, comme illustré ci-dessous:

  • Route vers le nord (Emesa et Syrie)
  • Route vers l’Est – vers Damas et au-delà
  • Route vers le sud – vers la mer de Galilée et au-delà
  • Route vers l’ouest – vers Tyr/Sidon et la branche côtière de la Via Maris

( basé sur Bible Mapper 3.0)

Histoire:

  • Période cananéenne – à proximité de Leshem / Laish

Tell Dan, qui est situé à 4 km à l’ouest de Banias, était le site le plus ancien de peuplement du début de l’âge du Bronze à l’Âge du Fer (Israélite). La ville antique – nommée Leshem ou Laish – couvre une grande superficie – la taille du mont est de 200Dunam (20 hectares) et était l’une des plus grandes de la région. Les sources de Banias étaient probablement, même à l’époque cananéenne, un lieu de sacrifice sacré qui desservait la ville cananéenne.

Le nom hébreu « Hermon », la puissante montagne au-dessus de Banias, pourrait avoir été basé sur le mot racine Herem (signifie hors des limites ou « Saint »). Le chant de Salomon loue la région (4, 8): « Viens avec moi du Liban, mon épouse, avec moi du Liban: regarde du haut d’Amana, du haut de Shenir et d’Hermon, des tanières des lions, des montagnes des léopards ». La région est en effet une vallée fertile avec beaucoup d’eau qui descend du mont Hermon et des collines qui l’entourent.

  • Période biblique – Déplacement de Dan-BethRehob?

Un grand nombre de familles de la tribu israélite de Dan se sont déplacées au cours du XIIe siècle de la région centrale d’Israël vers la région autour de la ville cananéenne de Laish-Leshem. La zone sur les contreforts du Mont Hermon était un endroit parfait.

La Bible raconte comment 600 familles de la tribu Dan ont cherché un substitut à leur emplacement au centre d’Israël, en envoyant 5 espions dans la ville cananéenne (Juges 18 1-2):

« … en ce temps-là, la tribu des Danites leur cherchait un héritage pour y habiter; car jusqu’à ce jour, tout leur héritage ne leur était pas tombé entre les tribus d’Israël. Et les fils de Dan envoyèrent de leur famille cinq hommes de leurs côtes, des hommes vaillants to pour explorer le pays et le fouiller; et ils leur dirent: Allez, fouillez le pays ».

Plus tard, ils s’emparèrent de la ville (Juges 8:27): « et ils vinrent à Laish, à un peuple tranquille et sûr; et ils les frappèrent du tranchant de l’épée, et brûlèrent la ville au feu ». Les Israélites renommèrent la ville en Dan (Josué 19:47):

 » Et la côte des fils de Dan sortit trop peu pour eux; c’est pourquoi les fils de Dan montèrent pour combattre Leshem, et la prirent, et la frappèrent du tranchant de l’épée, et la possédèrent, et y habitèrent, et appelèrent Leshem, Dan, d’après le nom de Dan, leur père « .

La Bible fait référence à la région près de Dan sous le nom de BethRéhob (Juges 8:28) « and et c’était dans la vallée qui se trouve près de Bethréhob. Ils bâtirent une ville, et s’y établirent. »Par conséquent, Banias peut avoir été ce BethRehob, en hébreu pour « la maison de la Route ».

Cette histoire est également associée à une statue, considérée comme une divinité puissante, que les Dans ont volée à Michée et érigée dans leur nouvelle ville, peut-être dans la grotte de Banias (Juges 8:27, 30): « Et ils ont pris les choses que Michée avait faites… et les enfants de Dan ont dressé l’image taillée ».

Il est intéressant de noter que Banias est associé à des statues – celles de Michée (période israélite), de Pan (période hellénistique) et de la femme saignante (période byzantine).

La ville fortifiée de Dan, une ville israélite, a été détruite en 734 lors de la conquête assyrienne.

  • Période hellénistique / Hasmonéenne

Les souverains grecs contrôlaient la région après la conquête d’Alexandre le Grand, impressionnés par le cadre majestueux de la région autour des sources. La pratique païenne du sacrifice à l’embouchure de la grotte a commencé au 3ème siècle avant JC et s’est intensifiée pendant le contrôle séleucide (198 avant JC).

Les Grecs établirent la nouvelle ville grecque de Panium (Paneas) au sud des sources. Le premier enregistrement de la ville a été détaillé dans la grande bataille près de Banias (198 avant JC) entre les armées des Grecs-Séleucides du nord, dirigées par le roi Antiochos III, et les Grecs-Égyptiens du sud dirigés par le général Scopus. Les Séleucides ont remporté cette bataille, leur donnant le contrôle de la Terre d’Israël. Josèphe (Ant. 12 3 4): « Antiochos a vaincu Scopas, dans une bataille livrée aux fontaines du Jourdain, et a détruit une grande partie de son armée ».

Le roi séleucide victorieux Antiochos III gouverna la Terre d’Israël avec succès, mais sous son fils Antiochos IV (175-164 av.J.-C.), la relation avec la population juive prit fin et entraîna la révolte des Hasmonéens (167-152 av. J.-C.). Les rois juifs Hasmonéens ont d’abord contrôlé la Judée (152 av.J.-C. – 144 av.J.-C.) et ont ensuite étendu leur contrôle sur de plus grandes parties de la Terre d’Israël.

L’historien romain Josèphe Flavius a écrit que le Golan, la région du nord-est d’Israël, est passé sous contrôle juif dans les années 83-80 avant JC. La campagne d’Alexandre Jannée sur les territoires de l’Est, le roi Hasmonéen a capturé le Golan (Guerres 1:4): « Il a également démoli le Golan, Séleucie et ce qu’on appelait la vallée d’Antiochos ». (Cette dernière zone est la vallée à l’ouest de Banias).

  • Début de la période romaine

Après 20 ans, après l’annexion du pays par les Romains (63 av. J.-C.), le général Pompée met en œuvre des réformes politiques, qui retirent le Golan de l’État hasmonéen. Il a réaffecté les parties nord-est aux Iéens, une tribu arabe qui a reçu des parties de la Galilée et du Golan. Les Ituréens sont mentionnés dans Luc 3:1: « Maintenant, la quinzième année du règne de Tibère César, Ponce Pilate étant gouverneur de Judée, Hérode étant tétrarque de Galilée, et son frère Philippe tétrarque d’Iturée ».

  • Hérode le Grand

Hérode le Grand, roi juif d’Israël (39 av. J.-C. – 4 av. J.-C.), soumit les Iéens (23 av. J.-C.) à la suite de leur inaction contre les hors-la-loi. En conséquence, Auguste César a donné le nord du Golan, y compris Panéas, à Hérode le Grand (20 avant JC). Josèphe écrit à ce sujet et ajoute qu’Hérode a construit un temple en l’honneur de son bénéficiaire (Guerres 1:21 3): « Et quand César lui eut encore accordé un autre pays supplémentaire, il y construisit également un temple de marbre blanc, dur près des fontaines du Jourdain: l’endroit s’appelle Panium… ». Des temples supplémentaires ont été construits à Samarie-Sebesta et à Césarée-Maritima (« au bord de la mer »), située sur le rivage au centre d’Israël.

Les ruines d’un ancien temple romain se trouvent sur le côté ouest du sanctuaire, près de la grotte de Pan, et peut-être s’agit-il du temple en l’honneur d’Auguste. Cependant, des fouilles récentes l’identifient à Kh. Omrit qui se trouvait à l’entrée sud de la ville.

  • Fils d’Hérode – Philipp

Les 3 fils d’Hérode ont divisé le royaume de leur père et la Terre en 5 régions (années 4 avant JC – 6 après JC) qui comprenaient la sœur d’Hérode et la région des Hippopotames contrôlée par le roi syrien. Le troisième fils d’Hérode, Philipp, également connu sous le nom d’Hérode II, reçut la région du lac Hula, du Golan et du Bashan. Josèphe écrit à propos de Philipp (Ant 18:5 4): « Hérode, le fils d’Hérode le Grand, qui est né de Mariamne, la fille de Simon le grand prêtre ».

Philipp fit de Banias sa capitale, la nommant Panéas-Césarée, en l’honneur du César romain Tibériade – fils d’Auguste. Afin de distinguer le nom (Césarée) de la grande ville portuaire de maritime -Césarée, la ville du nord était connue sous le nom de « Césarée-Philippes ». La ville a été considérablement agrandie – étant la capitale d’une région riche, et profitant des années prospères sous les Romains. Philipp était roi jusqu’à sa mort (33AD).

Pièce de Philipp avec Tibériade, frappée à Banias; datée du 31AD
Avec un dessin de temple de style Tétra (Augusteum) de Rina
  • Visites de Jésus à Césarée-Philippes

Jésus a visité la ville vers 29AD (Marc 8 27): « Maintenant, Jésus et ses disciples sont sortis dans les villes de Césarée de Philippe; et sur la route, Il demanda à Ses disciples, en leur disant: « Qui disent les hommes que je suis? », et Pierre confessa Jésus comme le Messie. C’est l’un des événements chrétiens importants, donnant à la ville un statut religieux spécial qui s’est intensifié pendant la période byzantine. Un autre événement est associé à la ville et à Jésus – le miracle de la guérison de la femme qui saigne. Une grande basilique byzantine a été construite au sud des sources, dédiée à ce miracle.

  • Période romaine

La terre et la ville ont été héritées en 37 après JC par le petit-fils d’Hérode, Agrippa I, qui a grandi à la cour royale romaine. Agrippa a reçu la terre en cadeau de son ami d’enfance à Rome – le fou César Gius Caligula (37-41 avant JC). Le statut de la ville a diminué après qu’Agrippa soit devenu roi d’Israël, car après que des régions supplémentaires eurent été accordées à Caligula (37 av.J.-C. -41 av.J.-C.), le roi a déplacé sa capitale à Jérusalem. Cependant, après que son fils Agrippa II (Roi 50-95 après JC) a reçu la ville (53 après JC) en cadeau de César Néron, la ville a été à nouveau reconstruite (61 après JC) et en son honneur, elle a été rebaptisée « Neronias Caesarea Sebaste » (Ant 20:9 4): « À cette époque, c’est que le roi Agrippa a construit Césarée de Philippe plus grande qu’elle ne l’était auparavant et, en l’honneur de Néron, l’a nommée Neronlas. ». Un grand palais a été construit ici à l’est du palais de Philipp, et a récemment été fouillé et reconstruit. La ville a retrouvé son ancien nom antique, Paneas, seulement après 181AD. Le nom juif de la ville était « Césarion » (« petit César »), tel que mentionné dans les livres religieux juifs de la Mishna.

  • Grande Révolte

Pendant la grande révolte contre les Romains (67-73 après JC), la ville a épargné le destin tragique des autres villes, car Agrippa II s’est rangé du côté des Romains. Ses citoyens juifs étaient protégés par Agrippa mais étaient soumis à des temps difficiles. Pendant la campagne, Vespésien et son fils Titus, chefs des armées romaines pendant la révolte, campèrent ici (Guerres 3 9 7): « Vespésien [ went] se rendit à ce qu’on appelle Césarée de Philippe et là, il rafraîchit son armée pendant vingt jours, et fut lui-même régalé par le roi Agrippa, où il rentra également publiquement grâce à Dieu pour le bon succès qu’il avait eu dans ses entreprises ». Après la guerre, il y avait une communauté juive ici, mais la plupart des citoyens étaient païens.

  • Période Byzantine

Le christianisme est devenu la religion d’État romaine au 4ème siècle, et Panéas est devenu un lieu saint chrétien et un siège épiscopal important (4ème-5ème siècle), sous le contrôle du Patriarcat d’Antioche – la principale ville romaine à cette époque (aujourd’hui appelée Antakya, dans le sud-est de la Turquie).

  • Période Arabe

Au 7ème siècle, les Arabes ont conquis la terre, renommant la ville en Banias (les Arabes prononcent « P » en « B »), et la ville a conservé son statut de capitale de la région du Golan. Une communauté juive résidait à Banias, et leur synagogue datée du 11ème siècle a été fouillée dans la zone du palais d’Agrippa.

  • Croisés

Les Croisés sont arrivés en Galilée en 1099 et à Banias en 1129. Cette ville frontalière, située sur la route commerciale menant à Damas, était un atout stratégique. Les Croisés espéraient gagner la guerre contre les Arabes en conquérant Damas, et Banias était la clé de cette stratégie. Un grand mur et une porte ont été ajoutés autour de la ville, et ses ruines impressionnantes sont visibles aujourd’hui le long des murs sud. Les Croisés ont fortifié la forteresse arabe de Kil’at Subeiba (« Grande falaise »), située à 6 km au–dessus de la ville, l’appelant par le nom biblique – Forteresse de Nimrod. La forteresse et la ville ont changé de camp pendant un certain temps (1132-1151), mais les Croisés ont repris la ville et la forteresse jusqu’en 1164, date à laquelle elle a été conquise par le souverain syrien Nur al-Din. Comme la ville était une porte d’entrée clé de la petite enclave des Croisés, ils ont essayé de la reconquérir dans d’autres Croisades (1217, 1253) mais la ville est restée sous contrôle arabe.

  • Temps médiévaux – Mongols, Mamelouks et Ottomans

La ville a été conquise par les Mongols (1260) et la même année, elle est tombée aux mains des Mamelouks. La ville a retrouvé son statut de ville gouvernante régionale au XVe siècle et la forteresse de Nimrod est devenue le siège du gouverneur relevant directement du sultan du Caire. C’était une gare importante le long de leur lien le plus important – la route Le Caire-Damas.

Après 1516, l’empire ottoman turc contrôlait les terres et la ville se transforma en un petit village.

  • Période Moderne

Après la conquête d’Israël lors de la guerre des 6 jours (1967), la ville et la forteresse sont devenues une réserve naturelle populaire. Les fouilles organisées ici depuis 1988, dirigées par le professeur Vasilis Tsafiris, ramènent la gloire de la ville, faisant de « la ville de Pan » l’un des sites historiques et naturels impressionnants de la région.

Photos :

( a) La zone:

La photo suivante montre la plus grande zone de Banias, une réserve naturelle sur les contreforts du Golan, frontalière avec la Syrie. Au–dessus se trouve la montagne Hermon – le plus haut sommet du Golan. L’ancienne ville de Banias est située à flanc de colline à l’arrière-plan à droite.

Cliquez sur les photos pour les visualiser en plus haute résolution…

Le plan du parc de la réserve naturelle, centré autour de l’ancienne Banias, est illustré ci-dessous. Les principaux sites sont indiqués sur la carte, et comprennent la grotte de Pan (au nord) et le sanctuaire qui l’entoure. Les sources de Banias coulent près du sanctuaire et rejoignent le ruisseau Guveta près du pont romain. Le ruisseau Banias (Hermon) coule vers le sud, avec un sentier menant aux chutes. La ville antique de Césarée-Philippes est située sur le côté sud, avec le palais d’Agrippa à l’ouest et la ville des Croisés à l’est.

( b) Les ressorts:

Les sources de Banias étaient l’un des atouts importants de la ville – l’une des sources du Jourdain. Les eaux de la source proviennent de la montagne de l’Hermon, située en hauteur (son sommet est de 2814m, tandis que les sources sont à 320m d’altitude).

Josèphe écrit à ce sujet (Guerres 1:21 3): « Maintenant, les fontaines du Jourdain s’élèvent aux racines de cette cavité vers l’extérieur; et, comme certains le pensent, c’est la plus grande origine du Jourdain ».

Une autre vue sur les eaux rafraîchissantes des sources:

Le Banias (Hermon) coule à l’ouest puis tourne vers le sud, et est la source la plus orientale du Jourdain (les autres sont le Dan et le Senir-Hasbani). Il fournit 128 millions de mètres cubes d’eau par an, contre 240 M et 152 M pour les deux autres sources. Toutes les sources se rencontrent près du Kibboutz Sde Nehemia.

Le sentier continue le long de la rive du ruisseau, qui se rétrécit et descend vers le sud dans la vallée.

Pour une description détaillée des sites le long du cours d’eau – voir la page du cours d’eau Banias.

( c) Grotte de Dieu Pan et le sanctuaire:

La grotte (grotte) de Dieu Pan et les temples et les cours rituelles qui l’entourent sont visibles sur la photo. Cette section est située sur une terrasse surélevée au-dessus des sources. C’était le lieu sacré de la ville.

Les fondations d’un certain nombre de temples et de cours rituelles sont situées autour de la grotte. Les Grecs ont sanctifié la grotte et l’ont dédiée à Pan, le Dieu des bergers et des troupeaux, à flanc de montagne, à la chasse et à la musique rustique. Cela a donné à la ville son nom – Panium ou Panias – qui se prononce en arabe comme Banias.

La grotte de Pan est devenue un centre d’activité païenne à partir de la période hellénistique (à partir du 3ème av. J.-C.). Des sacrifices d’animaux ont été jetés dans la grotte. Le sanctuaire sacré (téménos) a reçu un statut plus élevé après qu’Hérode eut construit un temple en l’honneur d’Auguste (16 av.J.-C.). Des temples supplémentaires, des niches et des inscriptions taillées dans la roche ont été ajoutés. L’activité païenne s’est poursuivie jusqu’au milieu de la période byzantine, vers le 5ème siècle après JC, puis ils ont été abandonnés.

Une vue reconstituée des temples est illustrée ci-dessous.

Pour une description détaillée de la Grotte de Pan et du sanctuaire – consultez la page Temples de Banias.

Dessin de Grand-mère Rina

( d) Côté ouest de Banias :

Le ruisseau Banias continue en aval vers le sud-ouest. Un sentier naturel le long du ruisseau mène soit aux chutes – sur le chemin le plus long – soit sur un chemin circulaire plus court autour des murs de l’ancienne ville et retour à l’entrée. La photo montre le site où les eaux jaillissantes des sources de Banias (coulant de droite à gauche) rencontrent les eaux calmes du ruisseau Guveta (au centre), qui coulent des montagnes.

Le long de ce chemin, les deux ruisseaux – Banias et Guveta – se rejoignent. Cette jonction de ruisseaux est indiquée par un carré rouge dans le coin supérieur gauche de l’illustration.

À cet endroit, sous l’ancienne route reliant le Golan, se trouve la base d’un pont romain. La photo ci-dessous montre le pont du côté sud. C’était autrefois une section de l’ancienne voie romaine qui menait à Damas.

( e) Ville romaine:

Les fouilles ont mis au jour la vaste ville romaine et byzantine de Banias, située entre les temples de Banias au nord et le ruisseau de Sa’ar au sud. Une rue colonisée – le Cardo Maximus – reliait les deux extrémités de la ville. Une grande structure publique, considérée comme le palais d’Agrippa II, a été fouillée ici, ainsi que d’autres structures de l’époque, y compris des rues, des aqueducs, des cours, une synagogue, une église et un établissement de bains.

Pour une description détaillée de la ville romaine/byzantine – consultez la page Ville romaine/Byzantine.

( f) Musée ouvert:

Entre le parking et les sources se trouve un musée en plein air. Une collection de découvertes des fouilles est exposée.

( g) Ville des Croisés et forteresse de Nimrod:

Plusieurs sections des Croisés et de la ville médiévale peuvent être vues à Banias – trois tours et des segments des murs. Une guérite et une tour bien conservées se dressent sur le côté sud de la ville, comme on peut le voir sur la photo ci-dessous.

Pour une description détaillée de la ville des Croisés – consultez la page de la ville des Croisés de Banias.

La forteresse de Nimrod (Qal’at Namrud, Qal’at Subeiba), l’une des forteresses les plus grandes et les plus impressionnantes d’Israël, est située sur une falaise au-dessus des Banias. Initialement fortifiées par les Croisés, les murailles et les tours actuelles ont été construites par les Mamelouks au 13ème siècle. La forteresse frontalière gardait la route principale de Damas à Tyr et Tibériade pendant la période des Croisés.

Pour une description détaillée – consultez la page de la forteresse de Nimrod.

( h) Période ottomane /syrienne:

Les vestiges d’une mosquée sont situés à la limite nord de la zone d’excavation B, près de l’entrée du parking. Le minaret d’une mosquée moderne, qui fait partie du village syrien désert, est visible ci-dessous.

D’autres vestiges modernes sont situés dans d’autres sections de la région. La photo suivante montre l’église maronite bien conservée, située le long de la route qui monte sur le plateau du Golan.

Une vue plus proche de l’église, du côté ouest. La forteresse de Nimrod est visible sur le fond gauche:

Étymologie (derrière le nom) :

* Noms de la ville-

  • Paneas – La ville de Pan – Dieu gréco-romain des bergers et des troupeaux, à flanc de montagne, chasse et musique rustique
  • Panias, Panium, Panaeon – autres formes de « ville de Pan »
  • Banias, Banyas – le nom arabe du village – a conservé son nom
  • Césarée – Philippes – Césarée est la ville de César; Philippes – du nom du fils d’Hérode qui a fait de la ville sa capitale

Liens:

* Liens externes:

  • Réserve naturelle
  • Banias (en JVT)
  • Banias (en Jafi)
  • Banyas (en MFA)
  • Banias (en AE)
  • Histoire religieuse de Banias 21BC-1635AD (Judd Burton, pdf, 232 pages, 2010) – avec des photos et des dessins de notre site

* Liens internes sur Banias:

  • Banias – Temples – La grotte de Pan et le sanctuaire
  • Partie supérieure du ruisseau de Banias
  • Ville romaine/byzantine de Banias
  • Ville croisée de Banias
  • Forteresse de Nimrod – forteresse croisée/ arabe/ mamelouke au-dessus de la ville
  • Kh Omrit -romaine temple au sud de Banias

* Autres liens internes:

  • Routes romaines et Routes Romaines du Golan
  • Tell Dan
  • Abel Beth Maaca

* Livres:

  • Césarée de Philippe: Banias, la cité perdue de Pan – John Francis Wilson

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.